Cinéma Coréen

Découvrir le cinéma Coréen avec des bandes annonces de films inédits, des critiques pour partager ses avis, des dossiers pour décrypter et développer certains sujets…

Sur l’état du Cinéma Sud-Coréen

Servant à aider et promouvoir les films Sud-Coréens, le KOFIC a publié ce compte-rendu détaillé de l’année 2011, essayant d’analyser les tendances & les chiffres du cinéma Sud-Coréen. Une lecture intéressante dont voici les principaux points ;

La suite

(Critique) Le Bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon

Le Sud-Coréen Kim Jee-woon s’aventure dans un hommage au western. Façon de bousculer la prod locale d’un cinéma de divertissement coincé dans les 3-4 mêmes genres ?

La suite

(Critique) A Bittersweet Life de Kim Jee-woon

Cinéma, cinémaaaaaaaaa !

La suite


Du Trip Nostalgique Violent : de Monga à Sunny

Monga décrit les péripéties de 5 jeunes wannabe gangsters qui cherchent à survivre dans les rues violentes d’un vieux quartier de Taipei au cours des années 1980. Où un délire entre potes va progressivement virer au cauchemar, avec ces jeunes se retrouvant dépassés par une situation dangereuse : une guerre des gangs visant à redéfinir […]

La suite

(Critique) War of the Arrows de Kim Han-min

War of the Arrows, c’est le succès surprise du box-office Sud-Coréen de l’été 2011. Entre le blockbuster 3D Sector 7 et le film de guerre Front Line, il y avait ce petit film d’action sortant de nulle part. Un simple divertissement…

La suite

(B.A) Nameless Gangster

Choi Min-sik (Oldboy) dans la peau d’un douanier corrompu. Nameless Gangster se déroule dans la Corée du Sud des années 90, alors que le nouveau gouvernement en place s’engage dans une guerre active contre le crime organisé… Au milieu de tout ça, un douanier travaillant jusqu’alors avec des gangsters locaux comprend que les temps changent, […]

La suite

La guerre selon The Front Line

Ancien assistant réalisateur de Kim Ki-duk, le jeune Jang Hoon est rapidement passé du petit film indépendant au gros blockbuster d’été nominé aux Oscars. Rapidement ? 3 films tournés en l’espace de 4 années. Plutôt intrigant…

La suite