Le pouvoir de l’animation

PART 2 – Le processus de production de l’animation

Je vais vous parler un peu du processus de production. Imaginons que vous êtes animateur, et que vous devez vous occuper de l’animation du swing d’une batte de baseball. Comment s’y prendre ?

L’approche standarde de l’industrie, c’est de dessiner les postures clés, (vos dessins clés) et d’ensuite dessiner les images intermédiaires. Vos postures clés devraient ressembler à ça : 1… 2 …3 & 4… [mimant les principales poses du mouvement]. Puis vous dessinez les images intermédiaires jusqu’à avoir un mouvement suffisament fluide. Mais les postures clés sont les points vraiment importants.

Les animateurs expérimentés s’occuperont des clés, pendant que les moins experimentés (ou sous-payés) dessineront les intermédiaires. C’est une manière de mettre à profit vos talents. Mais comment les animateurs savent ce qu’ils doivent dessiner ?

Ils ont plusieurs feuilles de design pour les personnages, mecha, environnements et autres. Ils ont aussi un storyboard, qui est un script visuel de chaque plan d’un épisode, film ou autres. Un réalisateur assignera chaque plan à un animateur en particulier, et cet animateur dessinera tout ce qu’il y a dans le plan. Tous les mécha, tous les effets et les personnages.

Un exemple de feuillet design, et de storyboard (Ghost in the Shell)

Si une scène est particulièrement chargée en chorégraphies ou effets, alors il vaudra mieux l’assigner à un animateur spécialiste du domaine. Donc maintenant, vous avez plusieurs animateurs clés travaillant sur ces plans, comment faire pour être sûr que chaque plan conserve une cohérence visuelle ?

Il y a un poste nommé “réalisateur de l’animation”, mais le terme “superviseur de l’animation” convient mieux. Il nettoie les dessins des animateurs clés et s’assure du respect de la continuité visuelle.

Voici une animation de points clés, le travail direct d’un animateur clé.


Noein To Your Other Self (Ryo-Chimo)

C’est plutôt brute et il manque beaucoup de dessins. Ces clés passent par le réalisateur de l’animation, puis ensuite par les intermédiaires, pour ressembler enfin à ça :


Noein To Your Other Self (Ryo-Chimo)

C’est plus fluide et plus propre. Ensuite, il y a la colorisation, l’assemblage des couches. Et voilà la version diffusée à la TV.


Noein To Your Other Self (Ryo-Chimo)

Donc le processus, c’est : le storyboard, Le réalisateur assigne les plans du storyboard aux animateurs clés… Ils dessinent les clés, puis les envoient au réalisateur de l’animation qui les nettoie… Ces clés terminées vont aux intermédiaires pour les remplir… Parfois elles retournent entre les mains du réalisateur de l’animation pour une autre étape de nettoyage. Enfin, la colorisation et l’assemblage de couches [Une explication plus complète en anglais].

Schéma très simplifié de la prod d'un anime

Donc quand nous parlons des ces grands animateurs, on parle vraiment seulement des animateurs clés, et voici le résultat de leur travail.


Tetsuwan Birdy Decode:02, épisode 7

[Commentant la vidéo] Sur un dessin, ils précisent où les images intermédiaires doivent être placées. En fait, ils ont aussi une part de contrôle sur l’étape du remplissage.

PART 3 >

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9



comments powered by Disqus