La culture nippone de la catastrophe

La tribune du dimanche ;

# À sortir le 23 Mai 2010 en DVD/BR : le plus grand nanar produit ces dernières années à Hong Kong, l’impensable City Under Siege (voir la B.A) de Benny Chan, qui se voit retitré Blast chez nous. Et pour mieux attirer le chaland, l’éditeur ose la tagline “À la croisée de Matrix et de X-men”. Puis, préparez-vous aussi pour le polar-buddy-movie coréen The Secret Reunion, sympa bien qu’un peu mou sur les bords (lire la critique).

# À signaler aussi, la diffusion prochaine en ligne de la série anime comico-psychologique Trapèze, délire ultra-coloré où chaque épisode voit le cas d’un patient visitant l’étrange cabinet d’un docteur farfelu chargé de résoudre les blocages psychiques, lequel est accompagné de son infirmière rose-bonbon. Vivement recommandé !

# Les lecteurs de l’incontournable Midnight Eye ont sélectionné les meilleurs films japonais 2010. Les résultats placent Confessions très loin en tête, suivi par 13 Assassins, ex-aequo avec Golden Slumber, puis Symbol. Pour des pistes plus intéressantes, référez-vous au bilan annuel des rédacteurs du site (où je découvre un peu surpris que mes divagations sur le nanar Zebraman 2 ne sont pas si absurdes… !).

# Alors que tous les yeux sont tournés vers le Japon, que les journalistes occidentaux alignent les clichés, voilà que certains journaux américains s’essayent à décrypter l’imaginaire cinématographique nippon. En revenant sur ces drames, films catastrophes et films de monstres parsemés par un réseau d’images jugées symboliquement anti-nucléaires. En dehors d’une grille de lecture légèrement poussive répondant à l’actualité tragique, bizarrement, les journalistes mettent de côté l’un des réalisateurs les plus à même de trancher la psyché & culture nippone d’après-guerre, un certain Satoshi Kon. Pas assez de latex, ni assez nucléairement catastrophique ?

# Pour terminer sur une note plus légère,

http://www.youtube.com/watch?v=rYbfzFCnnzU



comments powered by Disqus