(B.A) Late Autumn

Remake d’un classique coréen dans un décor nord américain.

L’histoire d’une immigrée chinoise, autorisée à une sortie de prison de 72h pour se rendre aux funérailles de sa mère. Sur son chemin, elle fait la rencontre d’un fuyard coréen…

Dans la série cinéma coréen en quête d’internationalisation, citons Late Autumn (qui se faisait attendre). Ce cocktail réunit en tête d’affiche un couple sino-coréen, avec l’ex-bannie-future-starlette Tang Wei donnant la réplique au bel étalon coréen à la peau lisse Hyun Bin. Pour une virée romantico-morose à travers les Etats-Unis.

À savoir que le film est l’énième remake du film éponyme d’un Lee Man-hui (cinéaste en cours de rédécouverte, j’en reparle prochainement), film considéré aujourd’hui perdu. Et à en croire certains, ce remake n’apporte strictement rien par rapport aux précédents, qui profitaient de cette rencontre pour explorer/nuancer différentes facettes de la psychologie des persos, ou développer certains aspects visuels.

Même si les premières critiques parlent d’un rythme inégal, d’un couple d’acteurs non-harmonieux, et d’un film vain, il y a la curiosité de voir comment un réalisateur coréen filme un voyage à l’étranger (tourné en anglais). Au pire, les plus impatients pourront découvrir The Rendezvous, le remake japonais tourné en 1972 (par Saito Koichi).



comments powered by Disqus