Summer Wars et les pavés sanglants


La sortie vidéo de l’excellent anime Summer Wars semble avoir motivé le journal Libération à reparler du film, sous un angle apparemment plus ouvert, plus en raccord avec une actualité sociale française. Mais l’ironie du texte, c’est qu’à trop chercher l’ouverture & le cassage de clichés, l’auteur finit par retomber exactement dans les mêmes travers que le reste de la critique.

Titré “Le jour où les gamers ont sauvé le monde“, l’article en profite pour lâcher quelques pics envers certains barons d’une culture franchouillarde dénigrant le joueur, ce cafard. Hé oui, chez Libération, on a compris que le “gamer” est au coeur d’une révolution représentée dans Summer Wars… Sans pour autant réaliser que le film a l’intelligence de viser l’Humanité entière, et non un groupe spécifique croulant sous des jugements d’arrière-gardes. Que le monde virtuel d’Oz, à l’égal d’internet, n’est pas exclusivement un “jeu vidéo”.

À croire que la représentation du monde de Summer Wars échappe même aux historiens de l’actualité. Des jeunes sont dans la rue, c’est la génération jeu vidéo, CQFD. Toujours plus de catégories & barrières pour définir l’individu ?



comments powered by Disqus