(B.A) Quartier Lointain


Quand les Français s’essayent à l’adaptation live du célèbre manga de Jiro Taniguchi.

C’est donc l’histoire d’un cinquantenaire se retrouvant dans sa ville natale, qui après un malaise, se réveille 40 années plus tôt. Replongé dans son passé, il va chercher à modifier le cours des évènements, de son 1er amour à la disparition de son père.

Dites aurevoir au contexte d’après-guerre nippon pour redécouvrir avec nostalgie une vieille France (fantasmée ?). D’après mes souvenirs, le manga se révelait beaucoup plus sobre, tant au niveau du ton que du trait, quand le film semble s’orienter beaucoup plus vers du Big/17 ans encore sur fond de drame familial.

Au passage, dans le dossier de presse (pdf), on trouve une interview (promo) de Taniguchi ;

Quelle(s) impression(s) gardez-vous du film ? Qu’est-ce qui vous a le plus touché ?

J.T. : Le film a retranscrit mon œuvre d’une manière plus esthétique que dans le manga original. Le déroulement de l’histoire se fait avec un suspense approprié, une tension présente tout le long, et le rôle de la bande originale m’a beaucoup fait réfléchir. La musique du groupe Air permet de transmettre de manière plus réelle et plus forte les sentiments de chaque personnage, cela donne une vraie dimension artistique au film. J’ai été frappé par la force du paysage où s’est déroulé le tournage. Les décors alentour, le lac de Nantua, les contreforts alpins étaient magnifiques et jouent un rôle très important dans le film. C’est le genre de paysage qui donne du relief aux émotions et permet de raconter des histoires sans avoir besoin des mots. Pour moi, toute l’œuvre est marquante, mais si je devais retenir une scène, ce serait évidemment celle des retrouvailles avec le père. Je retiendrais aussi le passage très émouvant qui n’est pas dans mon manga : celui où l’on voit Thomas enveloppé dans un drap blanc se jeter dans les bras de sa mère.

Sortie française le 24 Novembre 2010 – même jour qu’un certain Outrage.



comments powered by Disqus