L’Enfer de la promotion au Japon


On parlait récemment du système artistique japonaise fermé, on tient ici un autre exemple avec le film The Sun That Doesn’t Set, dont la promotion a rencontré quelques soucis…

Quand le film arrive dans les salles japonaises en Octobre 2009, c’est pratiquement sans aucune véritable promotion, très peu de passage tv… alors qu’il s’agit quand même d’un gros film, le genre qui d’habitude ne rencontre aucune difficulté à passer sur tous les médias pour lobotomiser sa future audience.

Pourquoi donc ces difficultés ? Rappelons que le film traite d’un homme essayant de réformer la compagnie d’aviation nationale, une histoire adaptée d’un célèbre roman fictionnalisant le crash d’un avion de la Japan Airlines en 1985… Et bien sûr, la compagnie se passerait bien d’une publicité pareille.

À signaler que ce projet d’adaptation traînait depuis le début des années 2000, faisant le tour des grandes studios, de la Toei à la Daiei… C’est finalement l’éditeur du livre, la Kadokawa qui prend le projet en main, avec sortie annoncée pour l’été 2008.

En face, la Japan Airlines a envoyé des lettres menaçant d’un procès pour diffamation si le film restait une adaptation inchangée du livre (qui évidemment, ne plait pas non plus à la compagnie). Rien n’y fait, le film se fait. Et voilà qu’à la sortie, la compagnie profite de son influence pour contacter tous les principaux du média en expliquant ce qu’ils devaient faire (enfin, les raisons de la mésentente qu’on dira par respect).

Si vous vous rappelez du fonctionnement de l’industrie du cinéma au Japon, un film est souvent co-produit par un groupe de plusieurs médias, lesquels investissent dans le projet pour ensuite profiter de leur influence pour le vendre, on parle de chaînes tv, de magazines… Dans le cas présent, le film n’a pas été produit de cette manière, et ne profite donc pas des avantages de promotion habituels.

Comment faire la promo d’un film quand une compagnie puissante, sous-entendue finançant les chaînes (en comptant le contexte de crise en plus), fait barrage ? C’est simple, le scandale. La réaction de la Japan Airlines a fait le bonheur des news, et comme on dit, il n’y a pas de mauvaise publicité.

Depuis le film a enregistré de bons résultats au box-office local et a reçu plusieurs récompenses !

Source : Japan Times



comments powered by Disqus